Argentine

Report Year:   
2009 - Access to Online Information and Knowledge
Authors: 
Florencia Roveri
Organization: 
Nodo TAU
AttachmentSize
giswatch2009argentina_fr.pdf79.45 KB

 

Introduction

La Constitution de l’Argentine stipule que l’accès à l’information est un des droits civils fondamentaux – un droit que l’on retrouve également dans plusieurs initiatives gouvernementales et politiques publiques, ainsi que dans les débats législatifs portant sur la propriété intellectuelle, la liberté d’expression, la protection de la vie privée et l’accès au savoir. Mais ces politiques et débats sont souvent fragmentés et ne bénéficient pas de la contribution de spécialistes. Les organisations de la société civile qui œuvrent dans le domaine ont enrichi le débat et le Programme numérique récemment proposé pourrait être l’espace permettant de faire de l’accès à l’information en ligne un droit humain.

Les politiques

Les droits à la liberté d’expression et à l’accès à l’information sont inscrits dans la Constitution de l’Argentine. L’article 14 de la Constitution prévoit notamment parmi les droits fondamentaux de tous les Argentins, « le droit de présenter une requête aux autorités et de publier des idées dans la presse sans censure préalable ».

La réforme constitutionnelle de 1994 a élargi cette base juridique en incluant les traités internationaux[1] comme la Convention américaine des droits de la personne, la Déclaration universelle des droits de l’homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Convention relative aux droits de l’enfant.

L’article 13 de la Convention américaine des droits de la personne stipule que : « Chacun à le droit à la liberté de pensée et d’expression. Ce droit comprend la liberté de rechercher, recevoir et donner des informations et des idées de toute sorte, quelles que soient les frontières, oralement, par écrit, sous forme imprimée, par l’expression artistique ou tout autre moyen de son choix ». Dans ce même article, la Convention stipule que : « Le droit d’expression ne peut être limité par des méthodes ou des moyens indirects, comme l’abus des contrôles gouvernementaux ou privés »[2].

Par le décret 512/09, la présidence a établi un Programme numérique[3], un « outil créé pour tirer parti des possibilités qu’offre la société de l’information et du savoir. Il propose une plateforme de travail qui intègre le gouvernement, les entreprises, les universités et les organisations de la société civile »[4]. Le Programme vise trois objectifs : la souveraineté et l’indépendance technologiques (en mettant l’accent sur les possibilités et les besoins locaux), les droits humains et la participation citoyenne. Il crée des commissions qui traitent du capital humain, des contenus et des applications, des infrastructures et de la connectivité, du financement et de la durabilité, ainsi que du cadre législatif, coordonnées par des représentants du secteur public.

Le domaine des contenus  – le plus pertinent pour ce rapport – est coordonné par le ministère de l’Éducation.  Les propositions dans ce domaine comprennent :

  • Encourager les contenus locaux et, ce faisant, promouvoir les langues et les cultures locales
  • Promouvoir les applications permettant aux citoyens d’exercer leurs droits
  • Numériser les archives
  • Soutenir la neutralité et l’interopérabilité techniques
  • Favoriser la facilité d’emploi
  • Faciliter l’accès à l’information et à la liberté d’expression en général.

Les initiatives suivantes témoignent également de la politique gouvernementale sur la question de l’accès à l’information :

  • Accès à l’information publique : Concernant l’information publique, le Bureau National des Technologies de l’Information (ONTI - Oficina Nacional de Tecnologías de Información) relevant du Sous-Secrétariat de la gestion publique, coordonne l’utilisation des technologies de l’information dans l’administration publique nationale. L’ONTI est responsable du Plan national pour un gouvernement électronique et les signatures numériques. Le Bureau est également responsable du portail web du gouvernement[5], qui recueille une grande diversité de données sur le pays et contient des conseils sur les procédures de l’administration publique.
  • Accès aux ressources éducatives : Le ministère de l’Éducation crée également des contenus pour son portail educ.ar et a coordonné la Campagne nationale pour la culture numérique de 2004 à 2006[6]. La plateforme educ.ar offre des ressources pour le renforcement des capacités et des ressources numériques. Mais il n’a plus l’impact qu’il avait. Certains analystes font remarquer que l’administration actuelle privilégie le développement de contenus télévisés, diffusés par Encuentro[7], une chaîne de télévision éducative qui relève du Ministère.
  • Domaine local : L’entité locale qui délègue les domaines pour le code du pays (.ar) est NIC.ar (Centre d’information réseau Argentine), qui relève du ministère des Affaires étrangères. Il a récemment approuvé l’utilisation des caractères espagnols et portugais dans les adresses web, comme le ñ ou ç, ainsi que le remplacement du sous-domaine gov.ar par gob.ar  (gouvernement = gobierno en espagnol), afin de « renforcer l’utilisation de notre langue et notre identité et réduire les effets homogénéisants de la mondialisation[8] ».
Contexte législatif

Les droits à l’information et à la communication sont désormais à l’ordre du jour en Argentine. En mars 2008, le gouvernement national a présenté un texte de loi devant réglementer les services audiovisuels. Cette loi remplacera la Loi sur la radiodiffusion actuelle, rédigée pendant les dictatures militaires des années 1970 en Amérique latine et modifiée uniquement pour profiter à des groupes économiques et renforcer la concentration des médias.

Le projet de loi, qui devrait bientôt être promulgué, stipule que la communication est un droit humain et l’information un bien social. La loi se fonde sur un document appelé 21 points fondamentaux pour le droit à la communication, qui a été présenté par la Coalition pour une radiodiffusion démocratique, un groupe de plus de cent organisations sociales, syndicales, universitaires et professionnelles[9].

Depuis l’adoption du décret 554/97, selon lequel « l’accès au réseau mondial » est « dans l’intérêt national », et du décret 1279/97, qui assujettit l’internet « aux garanties constitutionnelles qui protègent la liberté d’expression », la loi nationale sur l’accès à l’information en ligne se manifeste de plusieurs façons. Mais certaines parties de cette loi semblent contredire les décrets ci-dessus.

  • Droits de propriété intellectuelle (DPI): La Loi 25.036[10], adoptée en 1998 pour remplacer la Loi 11.723 de 1933, prévoit la protection du droit d’auteur relatif aux logiciels, la gestion des bases de données et des sanctions en cas d’infraction au droit d’auteur. Beaucoup estiment cependant que la loi limite l’accès au savoir et encourage les monopoles culturels comme en témoigne le jugement contre un professeur de philosophie qui avait créé des « bibliothèques » en ligne pour ses étudiants sur Nietzsche, Heidegger et Derrida, sans autorisation de droit d’auteur. Les bibliothèques comprenaient des textes, des dissertations, des photos et des liens, ainsi que la traduction des principaux textes.
  • Protection des données personnelles : La Loi 25.326[11] porte sur l’administration des bases de données publiques et privées qui contiennent des renseignements personnels. La Loi empêche à toute entité de traiter des données personnelles à moins que l’intérêt public ne le justifie.
  • Accès à l’information publique : L’Argentine n’a pas de loi nationale pour réglementer l’accès à l’information publique. Le décret 1172, adopté par le gouvernement national en 2003, ne porte que sur l’information de l’exécutif (émanant de la présidence et des ministres) et stipule que les demandes d’information aux administrations publiques n’ont pas besoin d’être justifiées.
  • Surveillance des contenus en ligne : Le gouvernement délègue le contrôle des contenus en ligne aux fournisseurs de services internet (FSI). La Loi 25.690[12] énonce que « les FSI doivent offrir des logiciels de protection qui empêchent l’accès à certains contenus ». Au départ, la Loi visait à contrôler les contenus  préjudiciables pour les enfants. Lors d’un débat législatif, le texte a été modifié par « contenus particuliers », ce qui comprend également d’autres types de contenus, comme les contenus  discriminatoires. Les FSI se sont plaints de l’ingérence de l’État, faisant valoir qu’il est difficile d’appliquer la Loi et que celle-ci va à l’encontre de la liberté d’esprit de l’internet et revient à de la censure[13]. 
L’importance de la revendication des droits à l’information en ligne

L’évaluation de l’accès à l’information est compliquée par l’absence de données statistiques – une ressources fondamentale pour évaluer les politiques publiques et pour la planification. L’Argentine n’a pas confiance dans les statistiques officielles car l’organisme responsable, l’Institut national des Statistiques et du Recensement (INDEC – Instituto Nacional de Estadísticas y Censo) subit une crise institutionnelle, marquée par des accusations de corruption et de divergences politiques internes.

Il n’existe donc pas d’indices publics des contenus. Alors que certains consultants privés compilent des rapports, ils ne se préoccupent pas de la production des contenus et se contentent de donner des aperçus de l’utilisation commerciale et de la consommation.

La carte des médias locaux montre une forte concentration de propriété des médias, la création de contenus uniformes et l’absence de contrôle de l’État. Le projet de loi sur les services audiovisuels – débattu dans des forums ouverts – aborde certaines de ces questions. Le texte de loi est concis dans son traitement des nouvelles technologies, mais il suppose que les médias numériques non seulement facilitent l’accès à l’information, mais également donnent la possibilité de diffuser l’information à une grande diversité d’acteurs sociaux.

Cependant, il ne semble pas que ce soit le cas. Un rapport rédigé par le site de blogage Bitacoras.com[14] au sujet de la situation de la blogosphère hispanique, s’appuyant sur ses propres données internes, estime que 52,2% des blogueurs viennent d’Espagne et 10,9% seulement d’Argentine. Concernant les contenus, 54,5% des blogues viennent d’Espagne et 10,2% d’Argentine. Le rapport indique également les villes d’où viennent les utilisateurs. En Argentine, 58 697 des blogueurs vivent à Buenos Aires, la capitale, 10 193 à Cordoba, la deuxième ville en importance, et 9 002 à Rosario. Ces données semblent indiquer que les TIC ne sont pas encore démocratisées en Argentine et que l’écosystème numérique reproduit la même concentration que l’on retrouve dans les médias traditionnels, avec des contenus produits dans les districts disposant des plus grandes ressources.

L’internet est un outil puissant de réintégration sociale pour les gens privés de liberté, grâce à son potentiel d’apprentissage interactif[15]. L’Argentine n’a pas de loi qui interdise l’accès internet dans les prisons. Mais le droit à l’accès internet n’est accordé qu’à ceux qui s’organisent et le demandent. Certains groupes de prisonniers réussissent même à créer des sites ou des blogues dans lesquels ils dénoncent les infractions aux droits humains dans les prisons, un grave problème en Argentine où les prisons sont surpeuplées et où la majorité des prisonniers attendent encore leur procès[16].

La fondation Voie libre (Fundación Vía Libre), une organisation locale qui encourage les logiciels libres, a effectué une analyse détaillée des propositions présentées pour le Programme numérique[17]. Elle insiste sur l’importance de tenir compte des expériences des groupes et des organisations de la société civile dans les propositions. Parallèlement, Logiciels libres Argentine (SOLAR - Software Libre Argentine), de concert avec l’Institut national des technologies industrielles (INTI - Instituto Nacional de Tecnologías Industriales) ont proposé d’augmenter l’utilisation des logiciels libres dans le cadre du programme[18].

Nouvelles tendances

Il est question actuellement d’une loi proposant une taxe numérique sur tous les médias technologiques qui stockent, enregistrent ou reproduisent de la musique et des images. Cette taxe est proposée par les associations qui défendent les droits des auteurs et par le secteur des affaires dont les activités sont touchées par l’évolution de la technologie. La taxe, une mauvaise solution déjà tentée en Espagne, est critiquée parce qu’elle ferait augmenter le coût des CD, des DVD, des enregistreurs et lecteurs de CD, DVD et MP3, des ordinateurs, des caméscopes et appareils photo numériques et des téléphones portables.

Le mouvement « pas de taxe en Argentine »[19] est un groupe formé d’organisations de la société civile qui tente d’élever le débat du point de vue des utilisateurs et des défenseurs des logiciels libres et de la culture. Il fait valoir que la taxe non seulement élargit le fossé numérique, mais punit également les consommateurs en relevant le prix des biens technologiques. Elle légalise également le piratage et les taxes perçues n’iraient pas directement aux créateurs culturels.

Mesures à prendre
  • Les lois actuelles doivent être revues pour veiller à ce qu’elles encouragent l’inclusion numérique et respectent et promeuvent les droits à la communication et les droits humains en général.
  • Le gouvernement national doit assurer l’accès à l’information en ligne, formuler sa politique sur le gouvernement électronique, promouvoir la publication des contenus détenus par les administrations publiques, accroître la transparence et protéger les droits des citoyens à l’accès à cette information. Bien que des progrès soient accomplis dans ce domaine, il reste encore beaucoup à faire compte tenu de la complexité des institutions publiques. Il manque une politique qui coordonne les différents niveaux de l’État.
  • L’accès aux informations gouvernementales est limité à ceux qui ont accès aux TIC et les compétences voulues pour les utiliser. Les politiques sur le gouvernement électronique devraient prévoir le renforcement des capacités de la population. Certains gouvernements locaux le font, mais de façon fragmentaire.
  • En l’absence d’une entité coordonnant les contenus en ligne en Argentine, il est difficile d’élaborer des stratégies pour empêcher entre autres la pornographie infantile et la discrimination, et pour donner une voix aux communautés marginalisées et leur fournir des informations utiles. Le Programme numérique pourrait probablement donner un espace qui répondrait à ce besoin.
  • La politique éducative sur les contenus en ligne pourrait être élargie et permettre la création de nouveaux contenus et la formation des enseignants dans les stratégies d’inclusion numérique pour les écoles.
  • Les politiques sur les prisons devraient être révisées pour encourager l’intégration de l’internet et de l’apprentissage en ligne dans les prisons.

[1] Constitution nationale de l’Argentine, article 75, paragraphe 22. www.argentina.gov.ar/argentina/portal/documentos/constitucion_nacional.pdf

[2] www.hrcr.org/docs/American_Convention/oashr4.html

[3] www.agendadigital.ar

[4] CABASE, CESSI, CICOMRA et RODAR, Bases y lineamientos para una Agenda DigitalArgentine, 2008.www.agendadigital.ar/docs/Bases_Agenda_Digital_Argentina_sector_privado.pdf

[5] www.Argentina.gob.ar

[6] Nodo TAU, Argentine, dans Finlay, A. (éd.), Global Information Society Watch 2007, APC et IteM, 2007 www.giswatch.org/gisw2007/node/401

[7] www.encuentro.gob.ar

[8] www.nic.ar

[9] www.coalicion.org.ar

[10] www.mincyt.gov.ar/25036.htm

[11] infoleg.mecon.gov.ar/infolegInternet/anexos/60000-64999/64790/norma.htm

[12] infoleg.mecon.gov.ar/infolegInternet/anexos/80000-84999/81031/norma.htm

[13] García Bartelt, M., Proveedores denuncian censura en Internet, La Nación, 12 janvier, 2003. www.lanacion.com.ar/nota.asp?nota_id=465416

[15] Roman, A., Redes y ventanas: tecnologías de la información como factor reinsertivo en los penales argentinos, Universidad Nacional de Córdoba, 2005. www.biblioteca.jus.gov.ar/Roman3.pdf

[16] CELS, Derechos Humanos en Argentina: Informe 2008, CELS et Siglo Veintiuno Editores, 2008. www.cels.org.ar/common/documentos/ia_2008.pdf

[17] Fundación Vía Libre, Aportes para la Agenda DigitalArgentina, 2009. www.vialibre.org.ar/wp- /uploads/2009/05/posicionfvl.pdf

[18] Xhardez, V. et Olivera, M., Agenda Digital, Software Libre y Solidaridad Tecnológica, 2009. www.solar.org.ar/spip.php?article574

[19] www.noalcanon.org

Service universel

Le manque d’accès à une ligne téléphonique, en particulier dans les régions que les compagnies de téléphone jugent non rentables, contribue également à l’exclusion numérique. En 2000, le Fonds fiduciaire pour le service universel a été créé pour garantir la prestation de services de télécommunication à tous les habitants. En juin 2007, la résolution 80/207 a été adoptée pour obliger les compagnies de téléphone à y consacrer 1 % de leurs revenus, avec rétroaction au moment où le fonds a été légalement constitué. Le gouvernement a donc présenté aux compagnies de téléphone une facture de 750 millions de dollars, soit les contributions qui n’avaient pas été remises depuis 2001.

En avril 2008, le Règlement général sur le service universel a été publié dans le Bulletin officiel exigeant des principaux opérateurs téléphoniques – Telefónica et Telecom – d’élargir la téléphonie fixe à tout le pays dans les 60 mois. Mais des observateurs de différents secteurs estiment qu’il serait plus adéquat de renégocier les licences pour qu’elles rendent mieux compte du potentiel des offres de triple service (internet à large bande, télévision et téléphone) parmi d’autres politiques importantes.

La fusion de Cablevisión et Multicanal

En décembre 2007, le gouvernement ayant approuvé la fusion de Multicanal et de Cablevisión, les principaux opérateurs par câble du pays, un nouvel opérateur possédant 47 % du marché de la télévision par câble et 620 000 abonnés large bande est né (La Nación, 2007). Les actionnaires de la nouvelle entité sont le Groupe Clarin (60 %) et Fintech Advisory, un fonds d’investissement américain (40 %).

Une partie des conditions imposées par la Commission nationale pour la défense de la concurrence, l’organisme qui a autorisé la fusion, ont trait à l’accès universel:

  • Des « tarifs sociaux » pour la télévision numérique payée, mais valide uniquement pour les zones très pauvres de la région métropolitaine de Buenos Aires
  • La connexion de télévision par câble gratuite dans les écoles publiques, les hôpitaux, les centres de santé et les maisons de retraite, ainsi que les postes de police et les casernes de pompiers (Clarín, 2007d).
  • La pose d’un câble de fibre optique de 3 000 kilomètres le long des routes nationales et provinciales.

Il y a lieu de noter que le Groupe Clarín est la plus influente compagnie de radiodiffusion multimédia en Argentine et que la fusion a été considérée comme une concession de l’ancien président Nestor Kirchner pour éviter la critique des médias. Certaines sources pensent que la fusion comportait des irrégularités, notamment une infraction à la Loi sur les industries culturelles (Lanata, 2008).

Centres de technologie communautaires

Le programme des centres de technologie communautaires (CTC), mis en œuvre en 1999, visait à améliorer l’accès public à l’internet[3]. Le programme est resté inchangé pendant des années et a stagné. Mais le gouvernement actuel tente de le faire revivre et a invité 50 coordonnateurs de CTC de différentes provinces à participer à un cours gratuit de civisme numérique organisé par le Secrétariat national pour les communications et les établissements d’enseignement. Des tentatives ont été faites pour faire revivre le site Web du programme[4], mais celui-ci n’offre aucune information sur les politiques à mettre en œuvre dans le cadre du projet ni de calendrier pour les futures activités.

Cadre juridique et réglementaire
La nouvelle Loi sur la radiodiffusion

La Loi sur la radiodiffusion no22285 fait partie de la législation sur la sécurité intérieure établie pendant la dernière dictature militaire en Argentine. En 2005, la démocratisation des communications a fait un bond en avant lorsque les autorités nationales ont modifié l’article 45 de la loi qui interdisait aux entités non commerciales de faire une demande de licence. 

En avril 2008, la présidente Cristina Fernández de Kirchner a proposé une nouvelle loi sur la radiodiffusion, probablement motivée par la déception officielle face à la couverture du conflit économique dans les secteurs agricoles par les principaux médias (Katz, 2008). Un changement de pouvoir au comité de la radiodiffusion, qui réglemente les fréquences radio et télévision, a été suivi par une série de consultations avec différents intervenants, notamment la Coalition pour la radiodiffusion démocratique, qui avait rédigé une proposition appelée « 21 points fondamentaux pour les droits à la communication »[5]pendant le gouvernement de Néstor Kirchner, mais qui n’avait pas donné de résultats concrets. La présidente actuelle a manifesté son intérêt pour l’utiliser comme base d’une nouvelle loi.

D’après les discussions sur la nouvelle loi, la question de la numérisation offre clairement de nouvelles possibilités de formes originales de participation citoyenne aux médias, mais fait aussi courir le risque de voir se créer des monopoles médiatiques.

Télévision numérique

« Le spectre de la radio est un bien qui appartient à toute la société… Pour un pays aussi grand que l’Argentine, il est sans aucun doute d’une grande valeur stratégique » (Valle, 2008).

L’Argentine a commencé à débattre de la télévision numérique en 1997. Une commission chargée d’étudier cette question a conclu qu’il faudrait adopter la norme américaine. Les deux grandes chaînes de radiodiffusion ont testé ce nouveau format, mais aucun calendrier n’a été fixé pour la mise en œuvre du nouveau système. En 2006, une nouvelle commission a décidé que la norme européenne serait plus efficace pour le spectre radio. Beaucoup estiment que les discussions ont été influencées par différents lobbyistes plutôt que de porter sur le meilleur choix stratégique pour le pays. On s’attendait à un effet en cascade dans les pays du marché commun du sud (Mercosur) et qu’ils tenteraient tous d’adopter la même norme pour partager leurs produits culturels par la télévision. L’adoption de la norme européenne est considérée comme un moyen d’encourager l’entrée de nouvelles compagnies de télévision en Argentine.

Taxe numérique

À la fin de 2007, l’Association des musiciens indépendants a présenté une proposition visant la création d’un institut de musique qui « développerait et étendrait les activités musicales dans le pays ». Cet institut serait financé par une taxe numérique applicable aux nouveaux formats ou médias qui mémorisent ou reproduisent la musique et les images (CD, DVD, lecteurs MP3, magnétoscopes et téléphones mobiles).

La proposition a suscité une vive opposition de la part des blogueurs qui ont organisé une campagne de « Pas de taxe en Argentine » qui a conclu à l’impossibilité de cette taxe[6]. Certains ont fait valoir qu’elle élargirait le fossé numérique, relèverait le prix des biens technologiques ou légaliserait la piraterie, que la taxe serait sans limite et donc injuste et que les fonds recueillis n’iraient pas directement aux créateurs de contenu (Berghella, 2008, La Barbarie, 2008).

Capacité humaine et formation

Les discussions sur les politiques gouvernementales ont porté au premier chef sur les TIC pour l’éducation.

Politiques sur les compétences numériques

La nouvelle Loi sur l’éducation no26206, qui réglemente le système d’éducation nationale, a été adoptée en décembre 2006. La loi soutient l’idée que l’accès aux TIC est important pour l’égalité et la qualité de l’éducation.

Les programmes du gouvernement prévoient d’équiper et de connecter les écoles, de former les enseignants et de créer des outils pédagogiques ainsi que de promouvoir les compétences numériques en classe (Landau et al., 2007). Les programmes publics les plus importants sont les suivants:

  • Le Programme pour l’amélioration des écoles secondaires a pour but d’installer des ordinateurs dans les salles de classe. La formation des enseignants et la création de ressources pédagogiques sont également un élément très important.
  • Le Programme global pour l’égalité en éducation (PIIE) élabore des stratégies pour fournir de l’équipement aux écoles des banlieues. Dans le cadre de ce programme, le Programme de renforcement pédagogique forme les enseignants dans les écoles où l’équipement a déjà été installé.
  • Le portail www.educ.ar permet également d’installer de l’équipement et de connecter les écoles à l’internet, de former les enseignants et de créer un contenu pédagogique. Le portail est responsable de la campagne nationale des compétences numériques et coordonne la chaîne de télévision Encuentro, qui diffuse du contenu éducatif de grande qualité.

Outre ces programmes, le ministère de l’Éducation a signé un accord avec l’initiative Un ordinateur portable par enfant en 2006, bien que la mise en œuvre de ce projet ait connu quelques problèmes.

Malgré toutes ces initiatives, deux aspects de la culture numérique en classe doivent encore être améliorés : l’accès et l’appropriation. Pour ce qui est de l’accès, il existe des différences notables entre les élèves des écoles privées et publiques. La différence entre les élèves des milieux ruraux et urbains est encore plus nette. Il est vrai que les politiques visant à fournir de l’équipement ont été affermies, mais les ressources restent trop faibles. En ce qui concerne l’appropriation, il est difficile de tirer parti du potentiel qu’offrent les TIC pour améliorer l’éducation sans une formation suffisante des enseignants.

Il convient de mentionner que ces programmes gouvernementaux sont indépendants les uns des autres, d’où une perte de synergie.

Mesures requises

Ce rapport montre qu’en Argentine, il n’existe pas de politique publique globale pour faire face à la fracture numérique. Les politiques qui favorisent l’accès aux technologies par les groupes exclus sont très isolées et ont peu d’effet. Nous croyons qu’il faudrait aborder le problème du point de vue de l’accès universel. Dans le cadre du gouvernement national, le Programme national pour la société de l’information[7], qui restait lettre morte depuis un certain temps, commence lentement à avancer. C’est ce programme qui doit s’occuper de cet aspect.

Pour ce qui est des politiques qui définissent le cadre réglementaire et juridique, un certain nombre d’organisations de la société civile commencent à y contribuer (voir GISWatch 2007). Dans certains cas, elles ont donné lieu à des processus intéressants qui ont influencé les politiques – en particulier quand des propositions spécifiques sont faites. La collaboration de la société civile à la formulation des politiques doit être encouragée.

Finalement, en matière de politiques éducatives, nous estimons que les initiatives en matière de TIC sont irrégulières, ce qui s’explique en partie par le fait que la gestion de l’éducation dans notre pays relève des provinces et non du gouvernement national (le niveau que nous avons évalué ici). Mais les plans nationaux devraient permettre une mise en œuvre pratique sur le terrain. Il est difficile de rejoindre les 60 % non desservis dans le pays car les exclus sont les plus pauvres et vivent dans les régions les moins peuplées. C’est pourquoi nous croyons que le système d’éducation publique serait le plus à même de les intégrer.

Références

 

Berghella, V., ¿Canon digital en la Argentina? Clarín, 13 février 2008. Voir à: www.clarin.com/diario/2008/02/13/conexiones/t-01606184.htm

Clarín, Computadoras: se duplicaron las ventas en los últimos tres años, Clarín, 24 décembre 2007a. 
Voir à: www.clarin.com/diario/2007/12/24/elpais/p-01801.htm

Clarín, Hay 2,8 millones más de usuarios de Internet. Clarín, 15 décembre 2007b. 
Voir à: www.clarin.com/diario/2007/12/15/elpais/p-03602.htm

Clarín, Casi la mitad de los argentinos todavía no navegó por Internet. Clarín, 5 décembre 2007c. 
Voir à: www.clarin.com/diario/2007/12/05/sociedad/s-03001.htm

Clarín, Confirman la adquisición de Multicanal por Cablevisión, Clarín, 8 décembre 2007d. 
Voir à: www.clarin.com/diario/2007/12/08/elpais/p-03601.htm

Coalition pour la radiodiffusion démocratique: www.coalicion.org.ar

Contrera, E., La brecha digital se achica porque crecen los locutorios y los cíber, Página 12, 17 mai 2007. 
Voir à: www.pagina12.com.ar/diario/sociedad/3-85094-2007-05-17.html

Finquielevich, S. et Prince, A., El (involuntario) rol social de los cybercafés, 2007. Voir à: www.oei.es/tic/rolcibercafes.pdf

INDEC, 2006, Accesos a Internet : Décembre 2005. Voir à: www.cnc.gov.ar/indicadores/archivos/INDEC_internet_03_06.pdf

Internet World Stats: www.internetworldstats.com

Katz, C., Argentina: The clash over rent. Links – International Journal of Socialist Renewal, 2008. Voir à: links.org.au/node/453

La Barbarie: 
labarbarie.com.ar/2008/canon-digital-algunas-conclusiones

La Nación, El Gobierno autorizó la fusión de Multicanal y CableVisión. La Nación, 8 décembre 2007. 
Voir à: www.lanacion.com.ar/nota.asp?nota_id=969301

Lanata, J., Enemigos íntimos. Crítica de la Argentina, 6 avril 2008. 
Voir à : Crítica de la Argentina, 6 April.

Landau, M., Serra, J. C. et Gruschetsky, M. Acceso universal a la alfabetización digital: Políticas, problemas y desafíos en el contexto argentino2007.

Prince & Cooke: www.princecooke.com/mercado.asp

Telefónica (2003) La Sociedad de la Información en la Argentina

Valle, L. (2008) El estándar digital: un valor estratégico. El Cronista, 8 April.

 


Notes de bas de page

 

[1] Internet World Stats: www.internetworldstats.com

[2] Prince & Cooke: www.princecooke.com/

[3] Pour plus d’informations, voir le rapport pays pour l’Argentine dans GISWatch 2007: www.globaliswatch.org/files/pdf/GISW_Argentina.pdf

[4] www.ctc.gov.ar

[6] noalcanon.org/no-al-canon

[7] www.psi.gov.ar

Share this